HISTOIRE DE LA REVOLTE DE LA TRIBU DES DOUI MENAI D 'ABADLA CONTRE LE COLONIALISME FRANCAIS

JE MES VISITEURS A LAISSER UN COMMENTAIRE,POUR EXPRIMER LEUR AVIS AFIN QU IL SOIT APPORTDES AMELOIRATIONS AUX RENSEIGNEMENTS QUE CONTIENT CE BLOG. MEPRIE RCI D E AVANCE.

 

 

 

 

 

http://douimenaiabadla.blogspot.com/     

                                                                     POUR PLUS DE PHOTOS DE BECHAR  VOIR ICI     http://saoura.over-blog.com/photo-1126370-cp-5-p_jpg.html         

Rappel chronologique de la guerre d'Algérie.

 

 http://www.youtube.com/watch?v=5uAGg_pk7uM

 

195410779089_2_

1er novembre: proclamation du Front de libération nationale (FLN), qui fixe les objectifs de la lutte armée pour l'indépendance nationale par la restauration de l'Etat algérien souverain. Une vague d'attentats contre les Français en Algérie marque le début de la guerre.

5 novembre: le gouvernement français envoie des renforts militaires en Algérie.

24 novembre:François Mitterrand, alors ministre de l'Intérieur, prône le recours à la force.

Décembre: création du Mouvement nationaliste algérien (MNA) de Messali Hadj. Les membres du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) sont arrêtés.

 

1955

26 janvier:Jacques Soustelle est nommé gouverneur général d'Algérie.

31 mars: l'état d'urgence est proclamé dans les Aurès et la Grande Kabilie et la censure est instaurée.

18-24 avril: le FLN participe à la conférence du Tiers-monde à Bandoeng. La conférence exprime sa solidarité avec l'Algérie combattante.

16 mai: les effectifs de l'armée française en Algérie sont portés à 100 000 hommes. L'Assemblée générale de l'ONU vote l'inscription de l'affaire algérienne à l'ordre du jour.

20 août: massacres dans le Philippevillois. Le soulèvement de musulmans est sévèrement réprimé, faisant une centaine de morts.

30 août: en raison de l'extension de la rebellion armée, l'état d'urgence est proclamé dans l'ensemble de l'Algérie.

11 septembre: à Paris, première manifestation des appelés du contingent qui refusent de partir en Algérie.
Inscription de la question algérienne à la 10e session de l'Assemblée générale de l'ONU. Grève des commerçants à Alger à la veille de l'ouverture de la session de l'ONU.

Novembre: création des SAS, Sections administratives spécialisées.

29 décembre: L'Express reproduit des photographies de l'exécution illégale d'un rebelle algérien par un gendarme auxiliaire français, en août 1955.

 

1956

20 janvier: manifestations violentes à Tlemcen.

2 février: Jacques Soustelle est remplacé par Robert Lacoste.

6 février: Guy Mollet, président du Conseil, est accueilli à Alger par les manifestations d'hostilité des Européens. Il déclare que "la France doit rester en Algérie et elle y restera".

9 mars: manifestations d'Algériens à Paris contre le vote des pouvoirs spéciaux.

11 mars: l'Assemblée nationale vote les pouvoirs spéciaux au gouvernement Guy Mollet.

11 avril: le service militaire est porté à 27 mois, 70 000 "disponibles" du contingent de 1953 sont rappelés.

19 mai: l'Union générale des étudiants musulmans d'Algérie (UGEMA) lance un mot d'ordre de grève pour une durée illimitée, et invite les étudiants et les intellectuels à rejoindre le FLN et l'Armée de libération nationale (ALN).

22 avril: Pierre Mendès-France, ministre d'Etat sans portefeuille, en désaccord avec la politique algérienne du gouvernement, démissionne.

18 mai: en Algérie, 19 appelés français, arrivés depuis seulement une semaine, sont massacrés.

5 juillet: grève générale des Algériens, en France et dans le département d'Alger.

20 août: le congrès du FLN à la Soummam (Kabylie) définit les buts de guerre, fixe les conditions du cessez-le-feu, des négociations de paix et nomme le FLN comme seul et unique représentant du peuple algérien.

Septembre: les effectifs militaires sont portés à 600 000 hommes en Algérie.

22 octobre: détournement par les autorités françaises d'un DC-3 de Royal Air Maroc qui transporte plusieurs dirigeants du FLN de Rabat à Tunis. Ben Bella, Aït Ahmed, Boudiaf, Khider et Lacheraf sont faits prisonniers. En représailles, plusieurs dizaines de Français sont tués à Meknès (Maroc).

1er novembre: à l'occasion du deuxième anniversaire du déclenchement de la lutte armée, grève générale massivement suivie dans l'Algérois. Recrudescence du terrorisme en Algérie. Les premiers attentats à la bombe sont perpétrés à Alger par le FLN. En représailles, les civils français procèdent à des ratonnades dans Alger.

2-5 novembre: expédition de Suez. La France et la Grande-Bretagne attaquent l'Egypte, bombardent ses aéroports et les intallations du canal de Suez après l'attaque de l'Egypte par Israël.

15 novembre: l'ONU inscrit la question algérienne à son ordre du jour.

1er-14 décembre: le général Raoul Salan est nommé commandant en chef en Algérie.

5 décembre: le gouvernement français dissout les conseils généraux et les municipalités en Algérie.

27 décembre: assassinat d'Amédée Froger, président de l'association des maires d'Algérie.

 

1957

7 janvier: la 10e division de parachutistes du général Massu est chargée du maintien de l'ordre à Alger. Début de la bataille d'Alger.

Janvier/février: recrudescence d'attentats à la bombe contre des civils et des militaires à Alger. Plus de 30 morts et une centaine de blessés.

Fin février: de nombreux dirigeants du FLN sont arrêtés.

26 février: le quotidien L'Humanité publie la lettre d'un soldat français qui dénonce l'utilisation de la torture par l'armée française en Algérie. Un mois plus tard, le général Jacques de La Bollardière demandera à être relevé de son commandement en Algérie pour protester contre la torture.

Mars: Larbi Ben M'hidi, à l'origine de la création du FLN, est assassiné par les parachutistes du colonel Bigeard après avoir été torturé.

13 avril: Djamila Bouhired, accusée d'avoir posé une bombe dans un café près de l'université d'Alger, est arrêtée. Torturée, elle signe des aveux. Son avocate, Gisèle Halimi, reçoit le soutien d'intellectuels français comme Simone de Beauvoir, Françoise Sagan...

28 mai: massacre de la population civile du douar Melouza par le FLN. Bilan: 301 morts et 14 blessés.

11 juin: arrestation de Maurice Audin, assistant de la Faculté des sciences d'Alger.

20 septembre: l'ONU inscrit la question algérienne à son ordre du jour.

29 novembre: l'Assemblée nationale vote la loi-cadre et la loi électorale de l'Algérie.

Décembre: violents combats dans l'est-Constantinois. Assassinat de Abane Ramdane, principal organisateur du Congrès de la Soummam.

 

1958

Janvier-mai: bataille du barrage de l'est-Constantinois.

7 janvier: début de l'exploitation du pétrole saharien.

7 février: un avion de chasse est mitraillé depuis Sakh.

8 février: le groupement aérien de Constantine décide, avec l'accord du général Salan, mais sans que le gouvernement français en soit averti, le bombardement de Sakhiet-Sidi-Youssef. L'opération fait 70 morts, dont 21 enfants d'une école.

15 avril: démission du gouvernement Gaillard. Crise ministérielle en France.

26 avril: manifestations à Alger en faveur de l'Algérie française. 30 000 Algérois demandent un Gouvernement de salut public après la chute du gouvernement Gaillard.

9 mai: après l'annonce par le FLN de l'exécution de 3 prisonniers militaires français, vive indignation et nombreuses manifestations à Paris et à Alger.

13 mai: prise du gouvernement général par les Européens à Alger. Un Comité de salut public est créé sous la présidence du général Massu, et on fait appel au général de Gaulle.

14 mai : Salan crie "Vive de Gaulle" à Alger. De Gaulle se déclare prêt à assumer les pouvoirs de la République.

28 mai: grande manifestation pour la défense de la République à Paris, de la place de la Nation à la place de la République.

1er juin: l'Assemblée nationale investit de Gaulle par 339 voix contre 224.

4 juin: dans un discours à Alger, de Gaulle déclare aux européens "Je vous ai compris".

19 septembre: formation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Ferhat Abbas est le premier président du GPR.

28 septembre: la nouvelle Constitution est approuvée par référendum (79% de oui en métropole, 95% en Algérie). Naissance de la Ve république le 5 octobre.

3 octobre: de Gaulle annonce à Constantine un plan de développement en 5 ans pour l'Algérie.

23 octobre: dans une conférence de presse, de Gaulle propose au FLN la paix des braves.

19 décembre: le général Challe et Paul Delouvrier reprennent les fonctions du général Salan.

21 décembre: de Gaulle est élu président de la République.

 

1959

30 janvier: de Gaulle renouvelle l'offre de paix en Algérie.

6 février: début du plan Challe, basé sur le principe de la pacification, en Oranie.

18 avril: le journal Le Monde divulgue le rapport accablant qu'a présenté Michel Rocard, jeune énarque socialiste, sur les camps de regroupement organisés par l'armée française en Algérie. Michel Debré, alors Premier ministre, dénonce une campagne de dénigrement téléguidée par le parti communiste.

5-12 juillet: opérations "Etincelles" dans le Hodna.

Fin juillet: début des opérations "Jumelles" en Grande Kabylie.

27-31 août: première tournée des popotes de de Gaulle en Algérie. "Moi vivant, jamais le drapeau du FLN ne flottera sur l'Algérie".

Début septembre: début des opérations "Pierres précieuses" en Petite Kabylie

16 septembre: de Gaulle proclame le droit des Algériens à l'autodétermination par référendum, propose sécession, francisation, association.

28 septembre: le GPRA refuse la proposition de de Gaulle. Il exige l'indépendance totale avant toute discussion.

10 novembre: appel de de Gaulle au cessez-le-feu.

28 novembre: Ben Bella et les dirigeants arrêtés en 1956 sont désignés comme négociateurs par le FLN

 

1960

19 janvier: le général Massu est muté en métropole pour avoir critiqué la politique du général de Gaulle.

24 janvier: début de la semaine des barricades à Alger. 22 morts et 150 blessés le premier jour.

13 février: explosion de la première bombe atomique française au Sahara

3 - 5 mars: deuxième tournée des "popotes". De Gaulle en Algérie insiste sur la nécessité d'une victoire complète et le droit de la France à rester en Algérie, mais parle d'une "Algérie algérienne liée à la France". Il renouvelle l'offre de négociations.

30 mars: le général Challe est démis de ses fonctions de commandant en chef en Algérie.

9 juin: rencontre entre de Gaulle et Si Salah à l'Elysée.

25/29 juin: entretiens de Melun avec les émissaires du GPRA. Les négociations échouent quand le GPRA se rend compte qu'il s'agit de discuter d'un cessez-le-feu.

5 septembre: discours de de Gaulle. "L'Algérie algérienne est en route". Procès à Paris des membres du "réseau Jeanson" de soutien au FLN. Jean-Paul Sartre envoie une lettre au tribunal.

6 septembre: publication du "Manifeste des 121" sur le droit à l'insoumission en Algérie.

Octobre: rafles d'Algériens à Paris et en banlieue

22 novembre: création d'un poste de ministre d'Etat des affaires algériennes, confié à Louis Joxe

23 novembre: départ de Paul Delouvrier, remplacé par Jean Morin, comme délégué général du gouvernement en Algérie.

9/12 décembre: dernier voyage de de Gaulle en Algérie. Manifestations populaires violentes à Alger, pour le soutien au FLN, au GPRA et à l'indépendance de l'Algérie.

20 décembre: les Nations unies reconnaissent à l'Algérie le droit à l'autodétermination.

 

1961

8 janvier: par référendum, les Français se prononcent à 75% pour le droit à l'autodétermination du peuple algérien.

Fin janvier: création de l'Organisation armée secrète (OAS) rassemblant des activistes européens contre l'indépendance de l'Algérie.

20 février: rencontre entre Georges Pompidou et le FLN en Suisse

26 avril: échec du Putsch des généraux à Alger. Dans la nuit du 21 au 22 avril, les généraux Challe, Jouhaud, Zeller et Salan ont tenté de s'emparer du pouvoir. De Gaulle assume les pleins pouvoirs, aux termes de l'article 16 de la Constitution.

20 mai/13 juin: premiers entretiens d'Evian.

14 juillet: recrudescence des attentats de l'OAS.

20 juillet: nouveaux entretiens entre la France et le FLN au château de Lugrin. Les discussions achoppent sur la question du Sahara.

5 août: première émission pirate de l'OAS à Alger. Salan dirige l'OAS. Août/septembre: nombreux attentats du FLN et de l'OAS en Algérie.

5 septembre: de Gaulle admet qu'une Algérie indépendante et associée à la France aura vocation à réclamer le Sahara.

6 octobre: instauration d'un couvre-feu à Paris et en région parisienne pour les seuls Algériens, de 20 h 30 à 5 h 30 du matin, avec fermeture à 19 heures des débits de boissons tenus et fréquentés par les Algériens.

17 octobre: manifestations pacifiques de plusieurs dizaines de milliers d'Algériens dans les rues de Paris. La répression est brutale: des dizaines de morts, des centaines de blessés et plus de 10 000 arrestations. Des corps sont jetés dans la Seine. Automne: attentats de l'OAS en Algérie. Arrivée à Alger des brigades spéciales anti-OAS, les "barbouzes".

19 décembre: la CGT, la CFDT, l'UNEF, le PSU et le PCF organisent en France des manifestations en faveur de la négociation avec l'Algérie et contre l'OAS, qui a procédé les mois précédents à de nombreux attentats et assassinats d'officiers, de commissaires et de juges de la métropole.

 

1962

Janvier: attentats à Alger et en métropole commis par l'OAS et les anti-OAS.

8 février: manifestation, à l'appel des syndicats et de partis politiques, contre les exactions de l'OAS et pour la paix en Algérie. Violente réaction policière: 8 morts et plus de cent blessés au métro Charonne.

18 février: pourparlers des Rousses (Jura).

7 mars: ouvertures des négociations d'Evian.

16 mars: signature des accords d'Evian. Ils comprennent un accord de cessez-le-feu, applicable le 19 mars à 12 h, et des déclarations publiées par les 2 parties. La version française mentionne des pourparlers avec le FLN, la version algérienne avec le GPRA. Il ne s'agit pas d'un traité entre deux Etats, mais d'un programme commun proposé à la ratification par référendum (le 8 avril 1962 en France et le 1er juillet 1962 en Algérie).

19 mars: annonce officielle du cessez-le-feu en Algérie.

23 mars: insurrection et siège de Bab-el-Oued.

26 mars: à Alger, les troupes françaises ouvrent le feu sur une foule d'Européens qui manifestent contre les accords d'Evian et font 46 morts et 200 blessés.

8 avril: référendum en métropole. 90,7% des votants approuvent les accords d'Evian.

25 mai: réunion du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) à Tripoli

1er juillet : référendum d'autodétermination en Algérie. L'indépendance est approuvée par 99,72 % des votants.

3 juillet: de Gaulle reconnaît l'indépendance de l'Algérie.

5 juillet: proclamation de l'indépendance nationale. Bilan de la guerre: de 300 000 à 500 ou 600 000 morts selon les sources.

 

1999

5 octobre: le Parlement français adopte une proposition de loi reconnaissant "l'état de guerre en Algérie" dans les années 1950. Il aura fallu près d'un demi-siècle pour requalifier des faits jusque-là définis comme des "événements"                      

5 juillet 1962 : indépendance de l'Algérie.
1963 : Ahmed Ben Bella est élu président. Instauration d'un régime à parti unique (FLN).
1965 : Ben Bella est renversé par Houri Boumediene.
1971 : nationalisation des hydrocarbures. Il lance le pays dans l'industrie lourde et oriente la politique extérieure dans le sens du non-alignement.
1978 : mort du président Boumediene.
1979 : le colonel Chadli Bendjedid lui succède.
1980 : émeutes en Kabylie (printemps berbère).
1986 : émeutes à Constantine et à Sétif.
1988 : manifestations de jeunes à travers tout le pays. Le président Chadli appelle l'armée pour rétablir l'ordre. La répression des émeutes fait près de 500 morts.
Février 1989 : nouvelle constitution, libéralisation du régime et instauration du multipartisme.
Septembre 1989 : légalisation du Front Islamique du Salut, créé en mars 1989 et dirigé par Abassi Madani et Ali Belhadj.
Juin 1990 : avec 54% des voix, le FIS remporte les élections locales, premier scrutin libre depuis l'indépendance.
Mai-juin 1991 : le FIS appelle à une grève illimitée pour exiger une élection présidentielle anticipée. Affrontements entre islamistes et forces de l'ordre. Proclamation de l'état de siège. Arrestation des dirigeants du FIS.
26 décembre 1991 : le FIS remporte le premier tour des élections législatives (47,5% des suffrages).   

1992 

Janvier : Chadli est poussé à démissionner sous la pression de l'armée et le second tour des élection est annulé. Création d'un Haut Comité d'Etat (HCE) sous la présidence de Mohamed Boudiaf, un des artisans de l'indépendance, rappelé d'exil.
Février : instauration de l'état d'urgence.
Mars : dissolution du FIS.
Juin : assassinat de Mohamed Boudiaf. Début de l'escalade de la violence.
Juillet : Liamine Zeroual remplace le général Khaled Nezzar à la Défense.

1993 

Août : assassinat de Kasdi Merbah, ancien Premier ministre et ex-chef de la Sécurité militaire.
Apparition du sigle GIA, Groupes islamiques armés, composé d'anciens volontaires formés à la guérilla en Afghanistan qui va progressivement privilégier un terrorisme médiatique. 

1994 

Janvier : le général Liamine Zeroual est nommé chef de l'Etat par le HCE.
Septembre-octobre : échec du dialogue entamé par le pouvoir avec le FIS. Mise en résidence surveillée des dirigeants du FIS, Abassi Madani et Ali Belhadj.
Novembre : colloque pour l'Algérie organisé à Rome par la communauté catholique de Sant' Egidio. Désapprouvé par le gouvernement, il réunit la plupart des partis d'opposition (FIS, FLN, FFS, MDA, PT, Ennhada et maître Ali Yahia Abdenour, président de la Ligue algérienne des droits de l'Homme).
Décembre : prise d'otages dans un Airbus d'Air France sur l'aéroport d'Alger. Les agents du GIGN libèreront l'appareil sur l'aéroport de Marseille-Marignane. Les quatre terroristes seront tués. 

1995 

13 janvier : signature d'un «Contrat National » destiné à mettre un terme aux violences, par les principales forces de l'opposition réunies par la Communauté de Sant'Egidio de Rome. Le pouvoir rejette ce texte.
30 janvier : un attentat à la bombe devant le commissariat central d'Alger fait 42 morts et près de 300 blessés. Il est revendiqué par les Groupes islamiques armés (GIA).
25 juillet : attentat revendiqué par les GIA dans le RER parisien. 7 personnes sont tuées et plus de 80 blessées.
19 octobre : le FIS appelle ses membres à quitter les GIA, dirigés par «une bande d'extrémistes », selon El Hayat.
22 octobre : le président Zeroual annule la rencontre prévue avec Jacques Chirac au siège des Nations unies à New York après les vives critiques émises en France contre cette réunion.
16 novembre : élection présidentielle. Liamine Zeroual remporte 61% des voix. Le taux de participation est élevé (75,6% des voix), malgré l'appel au boycott des partis de l'opposition signataires des accords de Rome.   

1996 

17 janvier : Abbdelahmid Mehri est évincé de son poste de secrétaire général du FLN. La nouvelle direction du Front rompt avec les partis qui avaient signé à Rome un appel à la paix.
Mai : sept moines français enlevés en mars dans leur monastère de Tibéhirine par les GIA de Djamel Zitouni sont retrouvés égorgés.
Juillet : Djamel Zitouni est assassiné. Antar Zouabri lui succède à la tête des GIA.
28 novembre : référendum constitutionnel, qui donne les coudées franches au président Zeroual.   

1997 

Janvier : série de massacres dans la Mitidja, qui font environ 450 victimes.
5 juin : élections législatives largement remportées par le nouveau parti présidentiel, le Rassemblement national démocratique (RND).
15 juillet : libération conditionnelle du dirigeant du FIS Abassi Madani après six ans de détention.
Eté 1997 : recrudescence des massacres, principalement dans les environs d'Alger, qui font plus de 1200 victimes. Tous les observateurs s'interrogent sur les responsabilités de l'armée.
21 septembre : l'Armée islamique du Salut, bras armé du FIS, appelle à cesser les combats à partir du 1er octobre.
25 décembre : élections au suffrage indirect du Conseil de la Nation, chambre haute du Parlement. Le parti présidentiel remporte 80 des 96 sièges.
Décembre 1997-Janvier 1998 : après une relative baisse d'intensité pendant l'automne, les massacres reprennent quelques jours avant le début du ramadan, faisant plus de mille victimes. Les violences se déplacent notamment vers l'ouest algérien. 

1998 

25 juin : le chanteur kabyle Lounes Matoub, victime d'une embuscade, est assassiné près de Tizi Ouzou. Les émeutes qui se produisent en Kabylie les jours suivants prennent un caractère anti-gouvernemental.
11 septembre
: le président Zeroual décide d'abréger son mandat et annonce une élection présidentielle anticipée.
Novembre : une scission au sein des GIA donne naissance au Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), dirigé par Hassan Hattab.   

1999 

Janvier : début de la campagne présidentielle pour l'élection du 15 avril. 7 candidats sont en lice. Ce scrutin paraît plus ouvert que les précédents.
14 avril : retrait de six des sept candidats pour protester contre des tentatives de fraude.
15 avril : élection d'Abdelaziz Bouteflika, ancien ministre des affaires étrangères, considéré comme le candidat de l'armée. Les résultats officiels lui ont assuré 73,8% des suffrages exprimés par 60% des inscrits.
Juin : l'Armée islamique du Salut (AIS), bras armé du FIS, confirme officiellement l'abandon de la lutte armée annoncé en 1997, et se place sous l'autorité de l'Etat.
Juillet : le président Bouteflika annonce une loi sur «la concorde civile»: une amnistie pour les islamistes qui n'auraient pas commis de crime de sang.
Septembre : la loi sur la «concorde civile est adoptée par référendum avec 98,6% de «oui».
Novembre : Abdelkader Hachani, un des dirigeants du FIS, est assassiné à Alger. 

2000 

Juillet : la recrudescence de la violence fait 300 victimes en un mois; depuis la fin de l'application de la loi sur la concorde civile, le 13 janvier, plus de 1000 personnes ont été tuées.
Décembre : une série d'affrontements entre groupes islamistes et forces armées font une cinquantaine de morts dans les rangs de ces derniers au début du mois.
Hiver 2000-2001
: recrudescence des massacres qui font plusieurs centaines de victimes. 

2001 

Février : le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée, Habib Souaïdia (La sale guerre) qui a met en cause le rôle l'armée algérienne dans les massacres, suscite de vives réactions en Algérie.
Avril : des émeutes violemment réprimées font une soixantaine de morts en Kabylie et environ 1 300 blessés. Trois plaintes pour torture sont déposées en France contre le général Khaled Nezzar, venu à Paris faire la promotion de son livre. L'ancien homme fort du pouvoir algérien quitte précipitamment la France sans être inquiété.
Mai : extension des manifestations en Kabylie, puis à Alger, où, le 31, entre 100 000 et 200 000 personnes manifestent à l'appel du Front des forces socialistes (FFS).
Juin : le 14, la manifestation la plus importante jamais organisée à Alger tourne à l'émeute, faisant 4 morts. Quelques jours plus tard, le gouvernement interdit les marches, alors que les émeutes redoublent d'intensité et s'étendent à d'autres régions.
19 décembre : signature d'un accord d'association entre l'Union européenne et l'Algérie. 

2002 

Janvier : la recrudescence des tueries fait 150 morts en un peu plus d'un mois. Le 8, Antar Zouabri, chef des GIA, est abattu par l'armée dans la Mitidja.
12 Mars : le président Bouteflika annonce que le tamazight, la langue berbère, va être inscrit dans la constitution comme «langue nationale».
30 Mai : le Front de Libération Nationale (FLN, ex-parti unique) obtient la majorité absolue avec 199 sièges sur 389 aux élections législatives, boycottées par les partis kabyles.
5 Juillet : le 40ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie est endeuillé par un attentat qui fait 38 morts à Laarba près d'Alger.
5 Août : le président algérien gracie les détenus condamnés à la suite des émeutes qui ont touché la Kabylie.
27 septembre : le général Nezzar, qui a intenté un procès en diffamation contre Habib Souaïdia est débouté par la justice française. Celle-ci estime dans ses attendus qu'il «n'appartient pas au tribunal» de juger l'Histoire.
10 octobre : le FLN remporte la majorité des assemblées communales et départementales lors des élections locales. Le taux de participation est de 50% hors la Kabylie, où le mouvement contestataire des âarchs (tribus kabyles) avait appelé au boycott. 

2003 

Janvier : une brusque flambée de violence fait plus de 90 morts en 4 jours, en majorité des membres des forces de sécurité. Depuis octobre, le nombre mensuel de victimes était descendu en dessous de la centaine.
27 février : l'organisation Human Rights Watch dénonce, le nombre record de disparus, 7000, soit le plus élevé dans tout autre pays ces dix dernières années, à l'exception de la Bosnie.
20 mars : plébiscité comme secrétaire général du Front de Libération Nationale lors de son congrès, le premier ministre Ali Benflis impose sa ligne à l'ex-parti unique.
5 mai : Abdelaziz Bouteflika limoge son premier ministre, qui deux mois plus tard, annonce sa candidature à la présidentielle de 2004.
21 mai : un séisme dont l'épicentre se trouve dans la région de Boumerdès fait plus de 2200 morts.
2 juillet : les deux dirigeants du Front Islamique du Salut (dissous), Abassi Madani et Ali Belhadj, condamnés en 1992 à 12 ans de prison sont libérés. Ali Belhadj sera à nouveau interpellé en juillet 2005 pour apologie du terrorisme.   

2004 

8 avril : Abdelaziz Bouteflika est réélu président de la République avec 85% des suffrages.
3 août : démission du général Mohamed Lamari, chef d'état-major de l'armée algérienne.   

2005 

14 août : Abdelaziz Bouteflika annonce la tenue d'un référendum sur un «projet de charte pour la paix et la réconciliation nationale». Le projet prévoit l'extinction des poursuites judiciaires pour les islamistes armés «qui ont déjà mis fin à leurs activités armées et se sont rendus aux autorités» pour autant qu'ils ne soient pas impliqués dans des massacres collectifs, des viols ou des attentats.
29 septembre : référendum sur la réconciliation nationale. Malgré l'appel au boycott de l'opposition, les Algériens disent «oui» à 97%. Le bilan de 13 ans de violences est de 150.000 morts et des milliers de disparus.
26 novembre : des élections locales permettent à l'opposition de conforter son assise en Kabylie.
26 novembre : le président Bouteflika est hospitalisé au Val de grâce (Paris) où il est opéré d'un «ulcère hémorragique à l'estomac». Il ne rentre à Alger qu'après trois semaines d'hospitalisation, et deux semaines de convalescence en France. 

2006 

Février : dans le cadre de l'opération paix et réconciliation, Alger accorde un délai de six mois supplémentaires aux islamistes armés pour déposer leurs armes. Les autorités annoncent la libération de 2 000 personnes détenues pour terrorisme, dont Ali Belhadj, l'ancien numéro 2 du FIS.
31 août : expiration du délai de grâce offert aux groupes armés pour bénéficier de l'amnistie. Selon le ministère de l'intérieur, « entre 250 et 300 terroristes » se sont rendus aux autorités. Le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) rejette l'amnistie.
17 septembre : après quatorze ans d'exil en Allemagne, le représentant du Front islamique du Salut à l'étranger, Rabah Kebir, rentre en Algérie, à la faveur de la charte sur la paix et la réconciliation nationale. 

2007 

Regain des attentats terroristes et des attaques menés par le GSPC, rebaptisé Al-Qaida au pays du Maghreb islamique en janvier.
11 avril : 30 personnes sont tuées par deux attentats à la voiture piégée, visant le siège du gouvernement à Alger et un poste de police dans la banlieue de la capitale. Les attentats sont revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb.
17 mai : élections législatives. Les trois partis de l'Alliance présidentielle soutenant le président Bouteflika conservent la majorité absolue.
22 septembre : reddition d'Hassan Hattab, fondateur du GSPC.
Octobre : une série d'attentats d'al-Qaïda au Maghreb fait une soixantaine de morts pendant le ramadan.
11 décembre : un double attentat-suicide revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique vise des bureaux des Nations unies et le siège du Conseil constitutionnel. Le bilan officiel est de 34 morts, dont 17 employés de l'ONU. Les sources hospitalières font état de plus de 70 victimes.   

2008 

8 juin : un double attentat à la bombe contre une entreprise française à l'est d'Alger, tue douze personnes dont un ingénieur français. Il est revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb.
Août : le ramadan est précédé d'une recrudescence d'attentats suicide, dont le plus meurtrier fait 48 morts, le 19 août, à l'est d'Alger. Ils portent la signature d'Al-Qaida au Maghreb islamique.
29 octobre: après des mois de rumeurs, Abdelaziz Bouteflika annonce la révision de la Constitution qui lui interdit de briguer un troisième mandat. 

2009 

9 avril : élection présidentielle boycottée par les principaux partis d'opposition. Abdelaziz Bouteflika l'emporte avec 90,24% des voix.
Juin-juillet : une soixantaines de personnes sont tuées dans une série d'embuscades tendues par des islamistes armés.
3 août : de violents affrontements opposent des commercants chinois à des Algériens dans la banlieue est d'Alger.
19 octobre : des affrontements opposent la population, qui proteste contre les mauvaises conditions de logement, à la police, dans la commune d'El-Madania, située sur les hauteurs d'Alger.
Novembre: tension entre Alger et Le Caire après des incidents en marge d'un match de football en Egypte pour la qualification pour le Mondial 2010. 

2010 

Février : Le colonel Ali Tounsi, patron de la police nationale, est tué par un adjoint qu'il venait de suspendre pour malversation.
Avril : neuf ans après une série d'exactions contre des femmes par des islamistes, les violences reprennent dans la ville pétrolière d'Hassi Messaoud.
Juin : recrudescence d'attentats contre les forces de l'ordre en Algérie.
Novembre: Un proche d'Abdelmalek Droukdel, le chef d'Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi), est tué par les forces de sécurité à une cinquantaine de kilomètres à l'est d'Alger

   CHRONOLOGIE DE L'ALGERIE COLONIALE  DE  1830

1830: le 31 janvier, le Conseil des ministres français décide d'organiser un débarquement en Algérie, alors sous régence ottomane. Le corps expéditionnaire embarque à Toulon le 11 mai, les troupes françaises le 14 juin, à Sidi Ferruch. Le dey (régent) capitule le 5 juillet. La guerre de conquête sera longue et brutale. A Paris, les partisans de l'occupation restreinte et ceux de l'occupation totale s'affrontent. La France connaîtra une forte résistance des tribus et d?incessantes rébellions jusqu'en 1870.

1834: une ordonnance royale nomme un gouverneur général pour administrer les «possessions françaises».Le général Desmichel conclut un traité avec Abd El-Kader. En échange de la reconnaissance de la souveraineté de la France par ce dernier, Paris l'accepte en tant que souverain «émir des croyants».

1837: traité de la Tafna conclu entre le général Thomas Bugeaud et l'émir Abd El-Kader. La France lui abandonne les deux tiers de l?Algérie, ne conservant que deux enclaves autour d?Oran et d?Alger. Abd El-Kader édifie un Etat et appelle à la guerre sainte contre les envahisseurs.

1839: Abd El-Kader déclare la guerre à la France.

1841: Louis Philippe nomme le général Bugeaud gouverneur général à Alger. Il a pour mission d'occuper tout le territoire de l'ancienne régence ottomane.

1847: reddition d?Abd El-Kader. Des révoltes sporadiques agitent toujours l?Algérie.

1848: la deuxième République fait de l?Algérie une partie intégrante du territoire français.

1864: la confédération tribale des Ouled Sidi-Cheikh lance une insurrection.

1865: Napoléon III fait publier des senatus-consultes protégeant la propriété collective des tribus et donnant le droit à la naturalisation des musulmans. Farouchement opposés à cette politique, les colons parviendront à la mettre en échec avec l?effondrement de l?Empire.

1867: la famine fait 500 000 victimes.

1870: troisième République. L?Algérie ne dépend plus du ministère des Colonies mais de celui de l'Intérieur. Elle est divisée en trois départements. Les décrets Crémieux confèrent la qualité de citoyen français aux juifs d'Algérie.

1871: insurrection d'El Mokrani, en Kabylie, contre la confiscation des terres.

1881: le code de l?indigénat fait des musulmans des citoyens de seconde zone.

1889: une loi impose la nationalité française à tous les descendants d'Européens qui se trouvent sur place.

1911: les musulmans sont astreints au service militaire. 25 000 soldats musulmans tomberont sur le champ de bataille durant la guerre de 14-18.

1919: une timide réforme offre une représentation élue à un plus grand nombre de musulmans.

1926: fondation, à Paris, de l?Etoile nord-africaine, dirigée par Messali Hadj. Son objectif: l?indépendance de l?Algérie. Accusée de propagande subversive, elle est interdite en 1929.

1936: fondation du Congrès musulman algérien, dans le cadre du Front populaire. Le projet Blum-Viollette, visant à accorder la pleine citoyenneté à une élite de 21 000 musulmans francisée, est retiré sous la pression des colons.

1937: reconstituée en 1933, l?Etoile nord-africaine est à nouveau dissoute. Messali Hadj fonde, à Alger, le Parti du peuple algérien.

1938: Ferhat Abbas fonde l?Union populaire algérienne, qui revendique l?accession des musulmans à la citoyenneté française.

1939: dissolution des partis politiques ; arrestation des dirigeants nationalistes.

1940 : Vichy. Le décret Crémieux est annulé.

1942: débarquement anglo-américain à Alger.

1943: le Manifeste du peuple algérien, présenté aux Alliés par Ferhat Abbas, réclame l'égalité entre les communautés musulmane et européenne.

1945: la répression d?émeutes dans le Constantinois, à l?occasion de la Libération, fait 45 000 morts selon les nationalistes algériens.

1946: Ferhat Abbas crée l'Union démocrate du manifeste algérien (UDMA). Messali Hadj crée le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD)

1947: l'Algérie est dotée d'un nouveau statut, qui prévoit notamment une assemblée paritaire de 120 membre (60 pour le collège des Français, 60 pour le collège des musulmans). Le MTLD crée une organisation secrète (OS), armée d?un millier d?hommes prêts à la lutte armée. Démantelée en 1950, elle sera reconstituée en 1953.

1948: à la veille des élections à l?Assemblée algérienne, les deux tiers des candidats du MTLD sont emprisonnés. Grâce à cette fraude, les sièges du second collège échoient à des inconnus.

1953: les partisans de Messali Hadj sont écartés du MTLD.Printemps

1954: création du Comité révolutionnaire d?unité et d?action (CRUA).1er novembre

1954: devenu FLN (Front de libération nationale), le CRUA déclenche la révolution algérienne.

.

 

                                                                                                                                                                         

http://douimenaiabadla.blogspot.com/

 

http://hamdaoui-http://youmaf.blogspot.com/search/label/porno%20en%20ligne 

 

  http://hamdaoui-hamdaoui.blogspot.com

 

 

 

 

 

« février 2011 " فبراير 2011
dim الشمسlun اثنينmar آذار / مارسmer البحرjeu لعبةven جمعةsam سبت
    1 1 2 2 3 3 4 4 5 5
6 6 7 7 8 8 9 9 10 10 11 11 12 12
13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 19
20 20 21 21 22 22 23 23 24 24 25 25 26 26
27 27 28 28          

Albums photos البومات الصور

Flux RSS des messages رسائل آر إس إس

Flux RSS des commentaires التعليقات آر إس إس

 

 

 

 

.